BIOLOGIE

Occupez l’Espace!

Les Femmes de Greenham Common Mènent une Protestation de Vingt Ans

Y a-t-il quoi que ce soit de plus personnel -- et politique -- pour les femmes que leur corps ? Conscientes de la charge politique de leur corps, les femmes se sont physiquement précipitées dans les espaces publics pour protester contre les guerres, les injustices humaines et les abus de pouvoir. L'un des exemples les plus frappants et des plus longs de femmes utilisant leur corps pour occuper l'espace dans une protestation non-violente est l'exemple des Femmes de Greenham Common.

Entre 1981 et 2000, des dizaines de milliers de femmes britanniques se sont mobilisées pour négocier un terme à la prolifération nucléaire dans leurs villes natales. En protestation contre le stationnement de missiles aériens nucléaires américains sur la base militaire aérienne de Greenham dans le Berkshire, Angleterre, les Femmes de Greenham ont fait valoir leur pouvoir en se tenant la main et en créant, avec leurs corps, une chaîne d'un peu plus de vingt-deux kilomètres autour de la base aérienne de Greenham Common. Leurs quelque vingt années de manifestation ont attiré l'attention des médias internationaux, recueillant le soutien de millions de personne du monde entier.

Les photographies suivantes et les témoignages qui les accompagnent témoignent à la fois de la créativité et de l'issue positive obtenue quand les femmes occupent l'espace en masse.

Veuillez activer JavaScript et installer Flash pour visionner les vidéos.
Imperial War Museum
Se montrer plus malignes que la police a semblé venir naturellement aux Femmes de Greenham. Thalia Campbell se souvient d'une action au cours de laquelle, les femmes ont amené les officiers de police à penser qu'elles faisaient une fête d'Halloween. Coiffées de chapeaux pointus noirs, avec des balais de sorcière à la main, elles ont réussi à découper une partie de la clôture d'enceinte avec des pinces coupantes, laissant les officiers de police sidérés et en infériorité numérique, soixante-dix contre un.
Veuillez activer JavaScript et installer Flash pour visionner les vidéos.
Imperial War Museum
Dans cette interview audio du Imperial War Museum, Ann Pettitt livre un récit de première main de son expérience de protestation à la base aérienne de Greenham Common pendant plus de vingt ans. Elle se souvient des façons créatives dont les femmes se sont montrées plus malignes que la police sans avoir recours à la violence, en proclamant, "La protestation non-violente, en tant que forme de protestation, est bien plus intelligente, non?"
Image
Steve Tomalin
La non-violence a été une méthode suprême de protestation pour les femmes de Greenham. Agrandir >
Image
Steve Tomalin
Les femmes se tenaient autour de la clôture d'enceinte, main dans la main, pour "enlacer" la base. Agrandir >
Image
Danish Peace Academy
Parfois, les officiers de police enlevaient les femmes de force de leurs camps - les femmes résistaient passivement en ne bougeant pas leur corps d'un pouce. Agrandir >
Image
Danish Peace Academy
Les Femmes de Greenham ont quitté le camp en septembre 2000, laissant derrière elles un héritage - le pouvoir du leadership collectif des femmes. Agrandir >

Les Femmes de Greenham

Le décor est Greenham Common, Newbury, Angleterre. Trente mille femmes se rassemblent pour "enlacer" une base de la force aérienne et protester contre l'hébergement de missiles de croisière nucléaires américains. "Main dans la main, sur un peu plus de quatorze kilomètres, nous avons formé une chaîne vivante pour enfermer les horreurs de la guerre", déclare l'une des participantes, "pour nous interposer entre elles et notre monde et dire: Nous rencontrerons votre violence avec une étreinte affectueuse".

Sarah Hipperson:

Nous restons assises ou couchées sur le sol. L'essence de la non-violence est... que vous ne devez avoir aucune violence entre vous et les gens qui vous déplacent. Et c'est très, très difficile. J'ai découvert que le séparer de cette chose physique n'était pas suffisant pour moi. Je devais me préparer avant d'agir. C'est un sentiment étrange; c'est presque comme une expérience au-delà des limites du corps. Vous entrez dans une sorte d'autre stade de conscience, afin de pouvoir ignorer dans une certaine mesure, la douleur dont vous souffrez. Vous pouvez aussi ignorer les commentaires, vous savez, les méchantes choses comme « vous n'êtes que des salopes » et toutes sortes de choses de ce genre. Je me souviens d'un jour où j'ai vu une femme ramasser une pierre et quatre femmes se précipiter sur elle et dire "Nous n'agissons pas comme ça. Nous ne devons jamais agir comme ça. Nous sommes battues si nous agissons un jour comme ça. Nous pouvons rester ici pour toujours si nous ne sommes pas violentes."

 

Barbara Bloomfield:

Cette 'clôture tricotée' était un exemple organique de protestation féminine et féminisée. La protestation a grandi, de façon coopérative, expérimentale et collaborative. Ce fut subtil - et métaphorique - pas uniquement confrontant - comme pointer un fusil sur la tête de l'ennemi. Ce mouvement a cultivé l'idée de la sagesse des femmes et a posé des questions sur la nature de la protestation. Il a proposé une façon généreuse de protester, mais a aussi permis aux femmes d'exprimer des opinions différentes les unes des autres et de discuter ensemble.

C'était un espace magnifique, séparé, dont les hommes ne savaient en général pas quoi penser. Mais dans un monde continuellement nucléaire, il met aussi le doigt sur les limites du pouvoir des femmes. Si seulement nous pouvions mettre autant d'énergie pour la paix que nous le faisons pour la guerre'.

Pat Bailey:

Un événement particulier reste encore bien vivant dans mon esprit: on nous a dit de prendre quelque chose de bruyant. J'ai pris deux couvercles de casseroles. Ils faisaient un raffut satisfaisant quand je les claquais l'un contre l'autre, en particulier combiné avec les hurlements des nombreuses femmes. Encore plus enivrant que ça, fut le moment où les femmes ont commencé à tenir la clôture de maille et à la faire bouger doucement. Lentement au début, la clôture a tremblé et a commencé à balancer. Nous avons mis plus d'énergie et la clôture a vraiment commencé à bouger, vacillant d'avant en arrière jusqu'à ce que toute notre section et d'autres sections se renversent, sous les acclamations. Des morceaux de carpette sont apparues et ont été roulé sur les fils de fer barbelés et les femmes les plus courageuses sont entrées (pas moi), laissant perplexes la police et l'armée à l'intérieur, qui ne pouvaient pas gérer l'imprévisibilité de ce qui se passait. C'était à petite échelle, mais à tant d'endroits à la fois. Ce sentiment d'énergie libérée fut très libérateur.

Leur Héritage

Les missiles américains ont quitté le Berkshire en 1991. Après qu'ils aient été enlevés, les femmes sont restées pour veiller à ce que le terrain soit restitué à la communauté. En 1997, il a finalement été vendu au Greenham Common Trust, après quoi il devînt la propriété du conseil local pour une Livre seulement. La clôture d'enceinte de l'ancienne base a été enlevée au début de l'année 2000 et après dix-neuf ans de présence continue sur le site, les femmes luttant pour la paix ont fermé le camp, emballé leurs biens et sont parties.

Les femmes de Greenham ont reconstruit le paysage activiste politique en déclarant le territoire entourant la base zone des femmes. Leur histoire donne une compréhension plus vive des possibilités extraordinaires du leadership collectif des femmes.

 


Les témoignages de femmes sont utilisés avec l'aimable autorisation du Imperial War Museum et de Yourgreenham.co.uk

Photographies de Sigrid Møller; avec l'aimable autorisation de Holger Terp, Danish Peace Academy




Commentaires

In inserting their bodies in this way, women become transgressive and subversive forces, asserting their right to enter into world affairs and make political changes. What change do you wish to see in the world? How will you use your body to do so?

Change does not belong to an individual with an important title. Equality does not manifest from a persuasive speech delivered at a podium. Democracy does not grow from the barrel of a gun. Action does speak louder than words, and though different than the actions men might take, the actions women take to effect change can make a difference. The Women of Greenham demonstrate that perseverance and determination are more effective than brute force and than an effective movement can be organized without leaders, where everyone is responsible.

I think these women were very bold to have staged this protest and to continue it for nearly twenty years. I am quite inspired by this story.


Connexion





RSS


Agissez

Qu’est ce qui est Rose <br>et Veut la Paix?

Qu’est ce qui est Rose
et Veut la Paix?

Rejoignez des femmes outrées, provocantes et créatives qui recherchent de façon inflexible à créer le changement. De Guantanamo en Irak, en passant par le Pakistan et le Darfour, agissez avec CODEPINK. -- Anglais