POUVOIR

Confronter l’horrible à l’horrible

Amnesty International Norvège Lance des Actions Créatives Contre la Violence

Qu'obtenez-vous quand vous confrontez l'horrible à l'horrible? En Norvège, les activistes obtiennent des changements.

Veuillez activer JavaScript et installer Flash pour visionner les vidéos.
Kikkut Advertising Agency, Ltd.
‘Bienvenue en Norvège'- une vidéo de la campagne Stop Violence Against Women (Mettez un Terme à la Violence Envers les Femmes) de Amnesty International Norway.
Image
Kikkut Advertising Agency, Ltd.
En dessous du titre “Découvrez la Norvège,” une femme de la ville se promène à travers le Vigeland Sculpture Park d’Oslo, l’une des attractions touristiques les plus populaires et des plus photographiées de la capitale. Agrandir >
Image
Kikkut Advertising Agency, Ltd.
Cette image d'une femme vêtue du costume norvégien traditionnel, devant une cabane traditionnelle au toit couvert d'herbe, implique que le problème de violence envers les femmes n'est pas nouveau, mais remonte loin dans l'héritage du pays. Le titre indique "Bienvenue en Norvège." Agrandir >
Image
Kikkut Advertising Agency, Ltd.
Le slogan “Godt Norsk” se traduit approximativement par “Fabriqué en Norvège.” Il se réfère à une publicité norvégienne célèbre vantant le standard du pays pour des produits fermiers de bonne qualité. Agrandir >
En 2005, le groupe pour la défense des droits de l'homme, Amnesty International Norway, a lancé une campagne nationale d'éducation publique pour confronter les Norvégiens avec certaines images choquantes de femmes de leur propre pays. Les protestations qui ont suivi ont placé le sujet urgent de la violence domestique au sommet de l'agenda du gouvernement norvégien.

Sur la gauche, vous pouvez voir les affiches de la campagne, ainsi qu'un avis du service public utilisé dans les médias norvégiens.

Pendant six années d'affilée, le Programme pour le Développement des Nations Unies a classé la Norvège comme étant Le Meilleur Pays du Monde. La patrie des Norvégiens était considérée par le monde, et par les Norvégiens eux-mêmes, comme un endroit utopique où les gens étaient heureux et avaient le ventre plein. Où les enfants étaient en sécurité et allaient à l'école, où les malades étaient assurés et où les personnes âgées étaient respectées. Où le chômage et la pauvreté n'étaient que des concepts étudiés dans les cours d'histoire à l'école primaire plutôt que des réalités de la vie quotidienne. Tout cela, dans un endroit où des femmes détiennent 40 pourcents de tous les postes de leadership et bénéficient de droits égaux.

La Norvège est ce pays, mais de nombreuses personnes ne sont pas au courant de la réalité de la vie pour un nombre effrayant de femmes - la violence domestique.

A première vue, la campagne Stop Violence Against Women (Mettez un Terme à la Violence Envers les Femmes) d'Amnesty Norway semblait promouvoir le tourisme. Des affiches proclamant "Découvrez la Norvège", "Bienvenue en Norvège" ou "Fabriqué en Norvège," offraient des images de jolies jeunes femmes. Elles semblaient les parfaites « modèles porte-parole » pour toutes les bonnes choses à propos de la Norvège, tout, à l'exception des larges hématomes et coupures qui défiguraient leurs visages.

En Norvège, la violence domestique était un problème qui avait été rapporté mais avait été ignoré, par le gouvernement et le public. Un rapport 2005 du Norwegian Institute for Urban and Regional Research a présenté des statistiques qui donnent à réfléchir :

  • Une Norvégienne sur quatre est victime de violence domestique dans sa vie.

  • Chaque année, au moins 20 000 femmes sont victimes de violence ou de menaces de violence par une personne avec qui elles entretiennent une relation intime.

  • Moins de la moitié de ces femmes contactent les services publics, les médecins ou les hôpitaux pour demander de l'aide.

 

Mais, si épouvantables que soient ces découvertes, ce rapport n'a pas pu ébranler les visions d'une Norvège parfaite et idyllique. Amnesty Norway a donc décidé que, puisque parler du problème ne menait nulle part, il fallait montrer la dure réalité.

Confronter un sujet "horrible" avec une protestation "horrible" a porté ses fruits. Cette technique a inspiré une discussion ouverte, honnête et continue au parlement, dans les médias et dans les foyers. Des municipalités locales partout en Norvège ont construit des abris pour les femmes. Elles ont fait traduire les informations sur les facilités pour les femmes et sur leurs droits dans les langues de la population immigrante de Norvège et ont formé des équipes d'experts pour mieux prendre soin des femmes victimes de viol et de violence. Avant cette campagne, seuls sept comtés disposaient d'installations d'urgences pour les victimes de viol, après cette campagne, les dix-neuf comtés en disposaient.

La violence domestique ne peut être ignorée, où que ce soit dans le monde et la sécurité des femmes ne peut être cachée derrière une image nationale parfaite. En Norvège, les activistes d'Amnesty et leurs alliés travaillent pour faire de la violence domestique une horrible tare du passé.


Agence de publicité: Kikkut Advertising Agency, Ltd.
Directeur Artistique Norvège: Stig Eilert Svendsen
Copywriter: Bernt Heder Dillum
Consultant stratégique: Torbjørn Ellingsen
Production: Motion Blur
Directeur: Andreas Rønning
Producteur: Ola Narum Berg
Client: Amnesty International Norway

 




Commentaires

Chris
Chris
Etats Unis

This is a real success story about how a society as a whole can learn about issues of violence and begin to change because of new udnerstatnding....

Irene
Irene
Mexique

Well at first I dont speak english so well but I thing that women can not wait any more about human rights if we want a change i think is important to ask protection, help and to much important in my opinion to speak about the abusse or it doesnt matter to denunce the way of the violence , and obviously to be listening, of course by the authorities in general... but without forget the goverment, to ask laws where dont forgive the respect. Thanks anh please forvive my bad english!!! Im sorry... truthly. Lorna Irene Sánchez Enríquez.

Margareth
Suède



Please let me introduce myself as Margareth Beimark, a textile artist. I have made two exhibitions "Dare to see the reality" that is about sexualla child molestation, and "Violence against women" about domestic abuse.

The latest exhibition, "Dare to see the reality" I had in January 21, 2010 when our Queen Silvia were present together with ECPAT and MP:s. It was very successfull.

My goal with this exhibitions is to have cooperation with other organizations and that together we can bring up the debate on these issues.

Please visit my
website www.abusenomore.org where you can find more informations about my exhibtions and articles written.

Yours sincerely

Margareth Beimark


Connexion





RSS


Agissez

Ajoutez Votre Nom—Mettez un Terme à la Violence Domestique

Ajoutez Votre Nom—Mettez un Terme à la Violence Domestique

Dites Non à la Violence Envers les Femmes et ajoutez votre nom à cette campagne du Fond des Nations Unies pour le Développement des Femmes. Chaque signature compte: La Fondation des Nations Unies fera don d'un dollar à chaque 100 000 signatures récoltées.